SOMMAIRE MUSIQUE CHROMOPHONIE SCRIPTORALE
Résolution optimale : 1920 pixels x 1080 pixels










En cliquant sur les 3 tableaux de "Chromophonie scriptorale",
vous entrez dans 72 pages comprenant :
- la Préface de Léopold Sédar Senghor,
- 10 x 1 page de présentation de cycle + 6 tableaux avec leur interprétation poétique particulière,
- une interpretation générale de "Chromophonie scriptorale".
Pour avancer, cliquez sur le tableau ci-dessus.



Ecouter sur You Tube

VI, 4.- IMPROVISATEUR
CONTRER SCRIPT




Pour cette troisième apparition de l'ovoïde
   
Yochk'o reprend le dessin de
   
La bête
imparfaite et inachevée
refusant la séduisante mais incompréhensible perfection
de la sirène - conteuse de miracles,
y libérait en un sanglant carnage son instinct,
au travers d'une blanche ascension - passage de la Mer Rouge
où elle déchiquetait le corps de la belle après lui en avoir la tête arraché.

 
   
   
   
De prime abord, identiques paraissent des deux improvisations les sujets,
avec cependant...
plus affirmé dans celle-ci le contraste du noir et du blanc,
plus présente parce qu'agrandie la face de l'animal,
plus épuré, affiné, fini, le dessin en général...
Notons au passage des modifications pour la victime immolée
- paraissant ici sans son chef achevée -,
avec en fait de queue de sirène,
des jambes harmonieuses aux lignes effilées
la faisant femme belle violée,
dévorée, déchirée,
corps et vêtements en lambeaux
jusqu'à l'endroit lézardé de sa plus intime pudeur,
alors que pour peu de temps subsiste encore de sa splendeur l'autre nouveauté :
une poitrine-lyre
divin instrument au son véhicule des âmes vers le ciel,
d'Apollon sien dieu beau.
   
   
   
 
 
Dans tout cela,
l'étonnant, c'est la très vive clarté
en cette carnassière orgie maintenant concentrée,
violemment opposant la lumière aux ténèbres - trou noir,
destruction de la superbe forme qu'en toute sérénité
brise la... brute ?
sérénité d'ailleurs confirmée
par les teintes du fond qui l'ancienne Mer Rouge balayèrent ;
- autour du blanc : pur azur et jaune solaire,
symboles
de sagesse et d'amour,
eux-aussi divins,
et de candeur, force intelligente, chaleur... -
Restent les taches de sang :
Sève nourricière, par-delà le trou noir, des images futures,
elles expriment en ce sacrifice vie et beauté se transfusant.
Clair est donc l'enseignement du monstre improvisateur :
Plus une forme est parfaite, plus elle mérite,
en place de béate contemplation ad vitam aeternam,
qu'on en boive le lait en en cassant la coque comme d'une noix de coco,
pour ainsi se lever, soleil sur l'océan.




La destruction improvisatrice n'est pas
carnage pour le carnage,
mais retour à la source d'inspiration
pour une transformation de la création.




 
^